MINE SIMON

Bâtiment civil à Graissessac

  • La mine Simon tire son nom de l'ingénieur des mines Aaron Benjaf Simon. Elle est divisée en deux niveaux: inférieur et supérieur. Les vestiges concernent celle dite « supérieure ». Elle est ouverte en 1862 à 383 m d’altitude et permet d'exploiter les couches de charbon de la rive droite du Clédou (Grand Pas, Burelle, Ubertino, Thomas). On y accède par des descenderies, le charbon est atteint après 600 m. En 1868, un coup de grisou fit 5 morts et 8 blessés graves. On extrait jusqu'à 5 millions de tonnes dans ce secteur jusqu'en 1956. La mine ferme vers 1960. La commune rachète le site en 2012, il est en cours de restauration en 2015. Le seul bâtiment subsistant est la salle des machines : on peut encore voir les vestiges du ventilateur, avec son arbre d’entraînement, et la plate-forme qui supportait la machine à vapeur.